• de
  • en
  • es

Les chaebols ou comment la Corée du Sud est devenue une puissance industrielle ?

Share This Post
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Véritables piliers de l’économie sud-coréenne, les chaebols sont des empires familiaux qui ont vu le jour dans les années 60. Si la crise financière asiatique a eu raison de bon nombre d’entre eux, certains ont survécu et sont encore très puissants, comme Samsung et LG. Mais que sont ces chaebols et quelle influence ont-ils dans la Corée du Sud d’aujourd’hui ?

1/ Qu’est-ce qu’un « chaebol » ?

Un chaebol est un conglomérat coréen. Il s’agit donc d’un groupe d’entreprises aux activités très variées et non-liées. L’objectif étant de diversifier les risques, de cette façon, si une activité du groupe est impactée et subie des pertes, elles seront sans doute compensées par les profits d’une autre activité du groupe. En France, on peut citer les groupes LVMH, Bouygues ou Lagardère à titre de comparaison. Si les conglomérats sont répandus à travers le monde et sont aujourd’hui souvent des holdings, en Corée du Sud, un chaebol, même s’il fonctionne de la même manière présente une différence notoire. En effet, les chaebols sont des empires familiaux et sont donc tous détenus par une grande famille dynastique. En regroupant des entreprises dans des secteurs d’activités très diversifiés, les chaebols ont tendance à étouffer le marché et cela complique grandement la tâche des petites et moyennes entreprises qui souhaitent créer une entité en Corée du Sud ou y développer leur activité.

2/ Les chaebols : des colosses aux pieds d’argile ?

Si les chaebols ont permis à la Corée du Sud de devenir une puissance industrielle en étant pendant longtemps le principal moteur de la croissance économique sud-coréenne, certains n’ont pas survécu à la crise financière asiatique de 1997. Cette crise a fortement impacté l’économie de la Corée du Sud, mais également la structure même de ses entreprises. Surendettés pour la plupart, les chaebols ne survivent aujourd’hui que grâce au soutien des banques et de leur gouvernement. Le plus triste exemple reste Hyundai, le plus gros conglomérat de l’histoire de la Corée du Sud a été scindé en plusieurs sous-groupes. De la même façon, en 2009, le groupe Daewoo, deuxième plus gros conglomérat se voit entièrement démantelé. Seuls les chaebols Samsung, LG et SK sortiront de ces crises presque indemnes.

3/ Une réputation à revoir ces dernières années

Si leur puissance n’est pas à remettre en cause, aujourd’hui les chaebols essuient de nombreux scandales et, toujours endettés, ils voient leur réputation se ternir. Entre les caprices des héritiers, les scandales d’abus de biens sociaux et autres accusations de corruption, les chaebols ont bien du mal à redorer leur image. L’héritier de Samsung a été condamné à 5 ans de prison pour corruption, l’héritière et donc présidente de Korean Airlines a également beaucoup fait parler d’elle lors de ce que les coréens appellent aujourd’hui le « Choigate »… Avec des activités dans quasiment tous les domaines, la trentaine de chaebols, ou conglomérats coréens, toujours en activité représentent tout de même des chiffres d’affaires astronomiques et ne sont donc pas près de disparaître malgré des changements réguliers de réglementations. L’État sud-coréen bénéficiant grandement de l’économie menée par ces mastodontes, ces changements s’opèrent souvent plus sur la forme que sur le fond.

Comment INS Global peut vous accompagner en Corée du Sud ?

Vous envisagez de développer les activités de votre entreprise sur le marché sud-coréen ? Comme vous l’aurez compris, ce marché est dominé par des poids lourds historiques, ce qui peut rendre la création d’entreprise en Corée du Sud fastidieuse. Avoir un partenaire local de confiance et expérimenté peut grandement vous faciliter la tâche et aider votre entreprise à atteindre ses objectifs commerciaux à long terme. INS Global est un cabinet de conseil RH mondial et de ce fait, propose une large gamme de services aux entreprises comme l’aide à la création d’entreprise ou encore le portage salarial en Corée du Sud, qui pourrait vous permettre de tester le marché sud-coréen sans avoir besoin de créer d’entité juridique distincte, un moyen de pénétrer le marché de façon simple, flexible et rapide. Contactez nos conseillers dès aujourd’hui pour en apprendre plus sur la façon dont nous pouvons accompagner votre entreprise en Corée du Sud.

Share This Post
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Content