Chine: après le solaire, un accord viticole UE-Chine ?

La Chine et l’Union Européenne (UE) ont déclaré leur approbation à ouvrir des discussions dans les mois à venir afin de régler les petits problèmes qui les opposent au sujet des importations chinoises de vins provenant d’Europe, a affirmé lundi dernier le commissaire européen chargé du Commerce, Karel De Gucht.

Les français pressés d’arrêter l’enquête.

Cette possible entente s’inscrit dans un accord auquel sont parvenus samedi les négociateurs européens et chinois après six semaines de tractations sur le plus important contentieux commercial jamais engagé entre les deux blocs économiques au sujet de la vente de panneaux solaires chinois à l’Europe.

Le gouvernement français souhaite que les autorités chinoises mettent fin à l’enquête antidumping lancée sur le vin européen. Cependant, « Nous attendons de connaître les termes exacts de cet accord avant de nous prononcer », a prévenu la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq.

Karel De Gucht, commissaire européen chargé du Commerce, a annoncé le lundi 29 juillet 2013 qu’un accord a été trouvé entre l’Union européenne et la Chine sur les panneaux photovoltaïques. Photo : EU 2013

L’accord « amiable » trouvé avec Pékin sur les importations de panneaux solaires chinois va apporter un « ballon d’oxygène » aux industriels européens et annoncera la couleur pour les autres contentieux à venir, notamment celui sur le vin, a assuré de son côté le commissaire chargé du Commerce, Karel De Gucht. Il plaide: « J’espère que cette solution donnera le ton pour les autres dossiers ». « Pour le vin, l’enquête est lancée par les Chinois », a-t-il rappelé, précisant que les dates prévues pour la prise de mesures provisoires étaient à la fin d’avril avant des mesures définitives à la fin de juin, ce qui laisse du temps pour trouver une solution.

Une certaine légitimité

« Les Chinois ont le droit de lancer une enquête et ils doivent démontrer des pratiques de dumping. Les producteurs de vins européens assurent qu’ils n’ont pas de pratiques de dumping pour leurs exportations et on va les défendre », a-t-il assuré. “Il y a un créneau pour des discussions entre l’UE et les producteurs (de vins) chinois. Le gouvernement chinois s’est engagé à faciliter de telles discussions.”

Comme un écho au contentieux des panneaux solaires…

Le contentieux sur les panneaux solaires avait incité Pékin à ouvrir une enquête officielle sur les conditions de production et de financement des vins produits dans l’UE et commercialisés en Chine. D’éventuelles mesures de rétorsion auraient particulièrement affecté des pays comme la France, l’Espagne et l’Italie.
Les diplomates chinois et européens comptent donc sur un règlement à l’amiable de ce contentieux, ainsi que de celui qui pèse sur les exportations de polysilicone européen, un matériau utilisé dans la fabrication de panneaux solaires.
En Chine, premier importateur mondial de vins de Bordeaux, le site du Quotidien du Peuple, organe officiel du Parti Communiste (PCC), a néanmoins cité un responsable selon lequel le ministère du Commerce n’était pas en mesure de confirmer la suspension de l’enquête sur les vins.

 

Wei Hsu