Chine: l’élite des vins français à la recherche des terres parfaites

Les plus grands producteurs mondiaux de vin, toujours en quête de l’équilibre délicat entre la composition du sol, du climat et des techniques pour obtenir les meilleurs vins, sont allés à la recherche de cette combinaison rare en Chine.
La consommation de vin a plus que doublé de 2007 à 2011 dans le pays le plus peuplé du monde et devrait augmenter de 40% d’ici à l’année 2016, selon les professionnels Vinexpo.
Domaines Barons de Rothschild (DBR) a choisi Penglai, une péninsule montagneuse dans la province orientale du Shandong, pour y installer ses vignes sur un terrain de 15 hectares.
Shandong a plus d’un siècle d’expérience dans le vin, mais souffre d’une réputation axée sur la quantité plus que sur la qualité.
Le leader mondial du luxe, LVMH, propriétaire notamment Moët & Chandon, Dom Pérignon et Veuve Clicquot Ponsardin, a quant à lui choisi la région nord du Ningxia afin de produire, sur 66 hectares, un vin plus pétillant.

LVMH est également entrain de récolter les premiers raisins de Merlot et de Cabernet Sauvignon dans la province méridionale du Yunnan.
«C’est le nouvel Eldorado, le Nouveau Monde», s’enthousiasme Jean-Guillaume Prats, qui détient les leviers du département Estates & wines d’LVMH.
En Chine, “personne ne sait vraiment où et comment produire du vin. Nous, nous avons une meilleure idée sur la question. Les gens ont essayé, mais rien n’a encore été prouvé” a t-il déclaré à l’AFP .
La réputation de ces trois régions viticoles reste encore à construire, même si Ningxia a récemment pris des mesures à venir.
En Septembre 2011, un vin rouge de la région autonome à Londres a fait sensation en remportant l’un des prix les plus importants au  Decanter World Wine Awards. Depuis, le Ningxia est considérée comme la zone ayant le plus d’avenir, même si elle reste généralement ignorée par les consommateurs chinois.
Selon les experts, l’amélioration des vins chinois prendra des années de toute façon étant donné la longueur pour atteindre les paramètres nécessaires du sol idéal.
Les premières étapes de l’industrie du vin dans le Shandong encore en 1892. La société DBR a jeté son dévolu sur la province après avoir exploré différents sites en Chine, explique Olivier Richaud, le directeur d’exploitation de Penglai.
Le cépage est ici principalement le Cabernet Sauvignon, avec un total de six variétés, cultivées dans les collines surplombant un lac.
“Tout est radicalement différente de ce que l’entreprise est habituée à tous les vignobles que nous possédons », a déclaré M. Richaud. Et “jusqu’à la fin, nous ne savons pas vraiment la qualité que nous obtiendrons», a t-il déclaré.
Pour sa part, LVMH a choisi la région du Yunnan après trois ans d’étude, en tenant compte du temps, de la composition de la terre et de l’accès à l’eau.
La région est similaire à Bordeaux, mais à des altitudes plus élevées, dit M. Prats.
«Je suis totalement incapable de vous dire quand ce vin sera vendu, comment il sera appelé et combien de quantités seront produites”.

Les habitudes des Chinois

En Chine, jusqu’à présent, le vin était surtout considéré comme un cadeau à offrir, les clients favorisant plutôt les grands vins étrangers, tout en achetant les marques locales pour leur propre consommation, déclare Jim Boyce, le fondateur du site grapewallofchina.com.
Les achats pour la dégustation de vin représentent encore une niche, mais qui se développe, dit-il.
Basée à Hong Kong, l’expert Jeannie Cho Lee estime que les vignobles gérés par des sociétés étrangères peuvent être de bonnes sources de profits pour ces entreprises, tout en augmentant le niveau des vins produits et consommés en Chine.
Mais le résultat attendu peut réserver de nombreuses surprises.
«Nous nous devons d’être réalistes et prudents” dit-elle, “parce que nous n’avons aucune idée de la qualité qui en sortira”.
Cependant, ces exploitations génèrent déjà des attentes élevées, en raison de la notoriété des marques.
Déjà, des bouteilles contrefaites prétendant être issues de grands domaines tels que Barons de Rothschild dans le Shandong sont déjà en circulation, prévient Olivier Richaud.
“Et avant même avoir débuté la production!”