5 choses à savoir sur la monnaie virtuelle chinoise
Share This Post
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Alors que toutes les grandes puissances mondiales réfléchissent à la mise en place éventuelle d’une monnaie virtuelle nationale, la Chine a déjà un coup d’avance. L’empire du milieu teste son yuan virtuel depuis ce début d’année 2021 et prévoit une mise en place généralisée en 2022.

1/ Yuan virtuel : ce n’est pas une cryptomonnaie

La monnaie virtuelle chinoise, également appelée e-CNY ou yuan virtuel, n’est pas une cryptomonnaie. Contrairement au bitcoin, le yuan dématérialisé est simplement une version numérique qui viendra à terme remplacer les pièces et les billets. La démarche est donc soutenue et contrôlée par la banque centrale chinoise, la Banque Populaire de Chine (PBOC), et les institutions financières chinoises.

2/ Le yuan virtuel, un véritable pionnier

Si la plupart des grandes puissances économiques mondiales comme les États-Unis et l’Union Européenne y pensent, elles hésitent encore à développer leur monnaie virtuelle. La Chine travaille sur un tel projet depuis 2014 et teste actuellement son yuan virtuel dans quatre villes : Shenzhen, Suzhou, Xiong’an et Chengdu. L’hôpital Tong Ren de Shanghai utilise déjà la monnaie virtuelle chinoise sous la forme d’une carte de crédit numérique permettant à son personnel de régler ses repas à la cantine. Si les tests sont concluants, le pays vise une généralisation de son yuan dématérialisé en 2022.

3/ Des infrastructures prêtes pour accueillir la monnaie virtuelle chinoise

Carte de crédit numérique, application de paiement virtuel, ou encore distributeurs automatiques, la Chine est déjà équipée pour faciliter l’utilisation de son yuan virtuel. Près de 120 000 personnes et entreprises disposent déjà d’un portefeuille électronique et la Banque Populaire de Chine offre une application mobile de paiement pour le yuan virtuel. La ville de Shenzen est équipée de distributeurs automatiques permettant de convertir un yuan en yuan virtuel. Un test de plus grande envergure aura lieu durant les Jeux Olympiques de Beijing en 2022.

4/ Pourquoi les Chinois sont les plus à même d’adhérer à une monnaie virtuelle nationale

Dans un pays où le tout numérique vit ses plus belles années, il n’est pas inhabituel d’utiliser une monnaie virtuelle chinoise. En effet, les plateformes de paiement numérique de type Wechat Pay ou encore Ali Pay sont déjà devenues la norme pour des millions de Chinois. La démarche est donc déjà bien en place. Avec le yuan virtuel, les autorités financières reprennent la main sur les paiements numériques et cela permettrait, à terme, de suivre les flux financiers et donc de prévenir le blanchiment d’argent ou la corruption.

5/ Le yuan virtuel, un moyen supplémentaire de contrer le dollar ?

Si le but premier d’une monnaie virtuelle chinoise, ou autre, est de supprimer l’utilisation d’une monnaie liquide comme les pièces et les billets, les ambitions monétaires de la Chine sont claires, le RMB, ou yuan, ne désespère pas de supplanter le dollar américain. L’utilisation d’une monnaie virtuelle chinoise pourrait l’y aider. En effet, le yuan virtuel pourrait être utilisé par des individus et des entreprises étrangères. De plus, certains pays utilisent déjà le RMB comme devise complémentaire, notamment certains pays d’Afrique. La monnaie virtuelle chinoise étant facile d’accès, il suffit de télécharger un porte-monnaie numérique, elle pourrait séduire les personnes qui n’ont à ce jour pas de compte bancaire.

INS Global et votre facturation en Chine

Développer ses activités dans un pays comme la Chine représente de nombreuses opportunités pour les entreprises du monde entier. Cependant, cela implique une excellente connaissance des pratiques et des réglementations locales, notamment en matière de finance et de facturation. INS Global propose à ses clients une solution de facturation en Chine afin de simplifier l’expansion internationale de votre entreprise. Contactez INS Global dès aujourd’hui.

Share This Post
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Content