La Chine, bientôt premier importateur de pétrole

La Chine, dont les besoins en énergie ne cessent d’augmenter, va cette année doubler les Etats-Unis pour devenir le premier importateur net de pétrole du monde, selon une projection de l’Agence Américaine d’Information sur l’Energie (EIA).

“Les importations nettes de pétrole de Pékin devraient dépasser celles de Washington d’ici octobre 2013”, annonce l’EIA, qui dépend du ministère américain de l’Energie (DoE). Ce résultat s’explique par “une hausse continue de la demande chinoise, une hausse de la production aux Etats-Unis et un niveau stationnaire de la demande en pétrole sur le marché américain”.

GRANDE GAGNANTE DU PÉTROLE IRAKIEN

C’est une bataille dans laquelle la Chine avait soigneusement évité de s’enfoncer une décennie auparavant mais dont elle ressort pourtant glorieuse. En Irak, l’Amérique a fait la guerre et c’est finalement son premier concurrent stratégique au XXIe siècle qui a remporté le gros des contrats. Un fait que les analystes avaient compris de longue date mais pas forcément l’opinion américaine, du moins jusqu’à ce que le New York Times fasse sa “une” sur le sujet début juin et que le présentateur du Daily Show Jon Stewart demande, incrédule : “Ne faut-il pas être impliqué dans une guerre pour la gagner ?”

Avec 1,5 million de barils irakiens lui étant destinés chaque jour, Pékin s’est vu livrer la moitié des 3 millions de barils produits quotidiennement au cours du premier semestre par ce pays occupé par les troupes américaines de 2003 à 2009. Fatih Birol, le chef économiste de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), jugeait récemment qu’un “nouvel axe commercial se forme entre Bagdad et Pékin”. Et ce, alors que le pétrole irakien compterait pour 45 % de la croissance estimée de production de brut au cours…

CONTRAT DE 270 MILLIARDS DE DOLLARS AVEC LA RUSSIE

La production de pétrole des Etats-Unis devrait enregistrer une hausse de 28 % de 2011 à 2014, pour atteindre près de 13 millions de barils par jour, grâce à ses forages offshore dans le Golfe du Mexique et à son exploitation en pleine essor des ressources non conventionnelles (huile de schiste, sables bitumineux).

L’EIA s’attend par ailleurs à ce que la demande en carburants liquides de la Chine augmente de 13 % entre 2011 et 2014, atteignant plus de 11 millions de barils par jour, tandis que la demande aux Etats-Unis, quant à elle, tournerait plus autour de 18,7 millions de barils par jour, nettement moins que le record de 20,8 millions en 2005.

Premier marché automobile mondial et premier consommateur d’énergie du monde, la Chine mène une diplomatie énergétique active pour diversifier ses sources d’approvisionnement, notamment en Asie centrale et en Afrique. Pékin a notamment signé en juin avec Moscou un énorme contrat de 270 milliards de dollars sur 25 ans qui double les exportations de pétrole russe à la Chine.

 

Wei Hsu