La Chine durcit les conditions d’accès à son territoire à partir du 1er juillet 2013

A partir du 1er juillet 2013, une nouvelle loi sera appliquée concernant la délivrance des visas en Chine. Celle-ci vise à lutter contre les travailleurs illégaux et à favoriser l’ouverture du pays aux « talents étrangers ».

Les temps deviennent de plus en plus durs pour les étrangers en Chine. Après la campagne de renforcement des contrôles à Pékin et dans d’autres villes du pays, une nouvelle loi va encore plus compliquer la vie de ceux qui veulent travailler ici. (Voir l’article sur Comment obtenir votre visa de travail en Chine : 5 étapes à suivre.

En ligne de mire pour la capitale chinoise, les 13.000 étrangers y résidant et y travaillant avec un visa expiré ou un visa non conforme à la loi du travail.

Chasse aux travailleurs illégaux

Si la mise en place de nouvelles règles a rendu l’obtention du sceau plus difficile ces trois dernières années, par cette nouvelle loi, Pékin semble désormais se lancer dans une véritable chasse aux travailleurs illégaux.

La loi vise les étrangers ayant prolongé leur séjour ou travaillé de façon illégale.
Pour le professeur Ong Yew-kim, les autorités ont simplement mis sur papier une pratique courante : « Après tout, la loi est dans la lignée des critères internationaux» rapporte-t-il au South China Morning Post. Yang Huanning, vice-ministre chargé de la Sécurité Publique, justifie la mise en place de telles mesures : « les buts des expatriés en Chine sont désormais plus variés que jamais, et leurs activités larges et complexes ».

L’inquiétude des étrangers grandit

Les étrangers en situation irrégulière risqueront une amende pouvant s’élever jusqu’à 10,000 yuan (un peu plus de 1500 dollars). Seront également visés toute organisation et tout individu ayant embauché des expatriés ne disposant pas d’un visa adéquat. Cette perspective inquiète de nombreux étrangers qui n’ont pas eu d’autre choix de travailler de façon illégale sur le territoire chinois. Voici deux témoignages de Français traduisant cette inquiétude :

Sylvain, entrepreneur, explique pourquoi: « monter sa boîte en Chine relève encore du parcours du combattant quand on est étranger, il faut un certain temps avant d’avoir la possibilité d’embaucher des non-locaux. Or dans certains secteurs, on n’a pas le choix et la survie de la boîte en dépend ».

Caroline, employée, ajoute que pour « pour avoir un permis de travail quand on est étranger, il faut non seulement montrer tous ses diplômes, mais aussi prouver qu’on est indispensable à la bonne marche de l’entreprise et qu’un Chinois ne peut faire ce travail ! Alors on choisit la solution de facilité en vivant en Chine avec un Visa F (Business) qui ne nous permet pas de travailler légalement mais qui jusqu’à présent nous permettait de rester sur le territoire plus longtemps qu’avec un visa touriste».

Talents étrangers bienvenus

Il est encore trop tôt pour savoir comment la loi sera réellement appliquée mais la direction est claire : les autorités chinoises veulent mettre de l’ordre dans le monde du travail.

Après la sécurité sociale chinoise obligatoire, la situation devient donc de plus en plus difficile pour les travailleurs étrangers.

D’après le gouvernement chinois,  le but officiel de la loi est d’encourager la venue de talents étrangers sur le territoire. Le Global Times annonce d’ailleurs la création d’une nouvelle de catégorie de visas, destinée à promouvoir « l’introduction de talents » sur le territoire. Mais, bizarrement, le journal ne donne aucune précision sur les qualités requises pour se voir reconnaître un quelconque talent par la Chine.

Autre article sur : Visa de travail en Chine

Contact : weihsu@ins-globalconsulting.com ou www.ins-globalconsulting.fr/contact.

Wei Hsu

Market Entry | Recruitment | Business Hosting | InvoicingGET A FREE QUOTATION!
+ +