La Chine, ou le nouvel El-Dorado de la Mode.

L’Empire du milieu s’affiche désormais comme le terrain de jeu favori des créateurs de mode.

Depuis la mort de l’ancien dirigeant Mao Zedong en 1976 et l’ouverture drastique du pays sur le reste du monde, la République populaire de Chine connait la plus grande Révolution Culturelle et Économique de son histoire, qui s’est illustrée ces vingt dernières années par une croissance annuelle avoisinant les 10%.

Cet état de fait se caractérise par d’importants changements et progrès dans les domaines technologiques, industriels mais également sociaux. Cette dernière catégorie implique notamment une évolution vestimentaire omniprésente, chose que les créateurs de mode ne se permettent pas d’ignorer.

La Chine est devenue depuis peu l’un des marchés les plus prometteurs pour les grandes marques de mode et il est possible de constater cela par l’ouverture constante de grandes enseignes en plein cœur des plus grandes villes chinoises, mais aussi par l’implantation de nouvelles marques venues tenter leur chance sur le territoire chinois.

Les raisons d’un tel développement.

L’ouverture de la Chine sur le reste du monde s’est immédiatement traduite par une forte poussée de l’influence occidentale sur sa population et son mode de vie.

Les codes vestimentaires évoluent et par là-même les marchés qui en découlent. Une nouvelle catégorie a vu le jour, impliquant des marques de qualité, à la fois chinoises et étrangères, et vendus au sein des grands magasins et boutiques spécialisées. Les consommateurs de classe moyenne en Chine sont de plus en plus sophistiqués et exigent une meilleure qualité, variété et innovation de la part de ses détaillants. Le nouveau tronçon a un potentiel de croissance important, car abordable pour la classe moyenne, mais positionné à un prix légèrement plus élevé que les marques locales. Le Boom économique que beaucoup d’analystes ont qualifié de « Miracle Chinois », miracle ayant permis la survie à la dernière crise économique avec peu ou prou de conséquences néfastes pour son économie, est la principale raison d’une augmentation majeure du niveau de vie globale de la population chinoise, bien que localisée principalement en métropoles.

Les nouvelles perspectives : Pourquoi s’implanter en Chine ?

 L’attitude des consommateurs chinois a également changé en conséquence. Ces derniers sont désormais très conscients du phénomène de « marques » et des symboles sociaux qui en découlent. Les marques de luxe comme Louis Vuitton, Christian Dior, etc… sont donc souvent recherchées car représentatives des différentes catégories sociaux-professionnels. La forte croissance économique propre au « miracle chinois » a entrainé l’apparition d’une nouvelle catégorie : les nouveaux riches. Cette jeune génération de chinois aisés est très friande de grandes marques aux prix souvent peu abordables mais également de produits s’affranchissant des codes standards de la mode.

Aujourd’hui, cette génération, surnommée “Wenyi Qingnian” (jeunesse cultivée), tente de se construire une identité reflétant sa perception de la Chine, aux antipodes de son (récent) passé communiste. Ce constat fait de la Chine l’une des cibles préférées des jeunes créateurs de mode occidentaux, et a fortiori l’un des marchés les plus prometteurs. Les possibilités de développement économique qui en découlent représentent donc un choix stratégique crucial pour tout entrepreneur ou start-up désireux de se développer rapidement et efficacement. La rapidité du développement économique propre au pays, les perpétuelles évolutions et les différences inhérentes aux cultures occidentales et chinoises font de ce marché en mouvement constant un challenge de taille qui peut s’avérer problématique pour les jeunes acteurs de la mode désirant développer leur business en Chine.

S’implanter en Chine : la solution INS.

Les perspectives offertes par le marché chinois attirent chaque année davantage d’entreprises étrangères désireuses de développer leur activité. Cependant, elles s’aperçoivent souvent bien trop tard que les démarches administratives et juridiques inhérentes à la création d’entreprise en Chine sont longues et très souvent complexes. Pour un jeune créateur de mode désireux de se lancer à la conquête de la Chine, il est des formalités liées aux visas, locaux, personnel, etc… qui peuvent rendre la tâche délicate sinon vouée à l’échec.

Le processus d’implantation en Chine peut se faire de plusieurs manières : par la voie de la WFOE, de la Joint-Venture ou par le portage administratif.

Une Wholly Foreign-Owned Enterprise (WFOE) est une entreprise à responsabilité limitée, entièrement fondée par un ou plusieurs investisseurs étrangers, permettant de garder un contrôle total sur les opérations et ne nécessitant pas de partenaire chinois (principe de la Joint-Venture). Ce processus s’avère toutefois très long et coûteux et donc peu adapté à une jeune entreprise qui ne génère pas encore de profits conséquents.

Une société de portage en revanche va prendre en charge les démarches administratives et salariales nécessaires à une entreprise étrangère pour s’implanter sur le marché chinois. Concrètement, la société étrangère est liée par un contrat de prestations de services avec la société de portage, tandis que la société de portage est liée par un contrat de travail avec les consultants qui travaillent pour la société étrangère sur le marché chinois.

INS Global Consulting s’inscrit donc comme l’une des meilleures alternatives au WFOE car elle va permettre à tout entrepreneur étranger de pouvoir se focaliser sur son activité sans se soucier des contraintes administratives. INS s’occupe de le représenter juridiquement en Chine et de faciliter son installation sur le territoire de la manière la plus efficace qui soit : fourniture de locaux, gestion du personnel, prise en charge des démarches administratives, fiscales et juridiques.

Le rôle que joue actuellement INS et les perspectives offertes par l’arrivée de nouveaux acteurs sur la scène “Fashion” représentent ainsi un atout majeur dans le développement et l’évolution de la mode en Chine.

 

Sources :

À lire également :