Le droit du travail en Chine pas respecté par certaines multinationales

D’après les conclusions du China Labor Watch, certaines entreprises seraient loin d’être un bon élève dans ce domaine : on l’a vu avec le sous-traitant taiwanais d’Apple, Foxconn qui n’avait pas hésité à recruter des étudiants de nuit pour finir l’IPAD2. Le quotidien hongkongais South China Morning Post a révélé que l’organisation non-gouvernementale de défense des droits du travailleur aurait fait la lumière sur des pratiques peu orthodoxes du géant sud-coréen des télécommunications, Samsung.

China Labor Watch aurait découvert de nombreuses entorses au droit du travail dans 6 des usines chinoises détenues par Samsung, et dans 2 appartenant à ses fournisseurs. Après avoir mené l’enquête 4 mois durant, l’ONG a statué que les employés de ces 8 usines étaient soumis à une « longue liste » d’abus, à commencer par du travail forcé, des heures de travail trop nombreuses, des payes au rabais et incomplètes, ou encore du harcèlement moral et physique. D’après le quotidien, 3 des usines citées emploieraient même des mineurs.

Tous les employés concernés, ou presque, sont obligés de travailler debout jusqu’à 12 heures par jour. China Labor Watch avait il y a peu tiré des conclusions alarmantes sur les conditions de travail imposées au sein de HEG Electronics, une usine œuvrant en majorité pour Samsung, Motorola mais aussi LG.

A l’époque, Samsung avait tenu à rassurer en affirmant avoir mené son enquête au sein de HEG Electronics, et n’avoir rien trouvé à redire. Si ce n’est qu’il était au courant du souci touchant aux heures supplémentaires trop nombreuses réalisées avant le lancement d’un produit, nécessitant d’être assemblé rapidement et en grandes quantités.

Problème : désormais, il est évident que le phénomène s’étend à de nombreuses usines, impliquant tout de même plus de 24 000 employés. Ces usines produisent généralement des smartphones, des lecteurs DVD, etc.

Kevin Slaten, le porte-parole de China Labor Watch, a expliqué à Bloomberg que ce problème de taille ne se limitait pas aux usines de Samsung, et qu’il était au contraire généralisé dans l’industrie de l’électronique. Les usines œuvrant pour Dell, HP et Microsoft sont désormais surveillées par China Labor Watch.

Dans ce constat, deux conclusions alternatives peuvent être tirées : soit ces multinationales n’ont pas conscience d’un contrat de travail dans lequel un manquement au droit du travail du fournisseur chinois entrainerait la rupture du contrat avec ce dernier, soit elles ont connaissance de ces pratiques mais n’agissent pas en conséquence..

Pour plus d’informations sur l’importance d’un contrat de travail clair et concis, vous pouvez consulter l’article «  Contrat en Chine » ou pour des commentaires/questions, contacter Wei Hsu par e-mail (weihsu@ins-globalconsulting.com) ou sur cette page : www.ins-globalconsulting.fr/contact.

Source :  China Labor Watch, South China  Morning Post                                                                                                                                                                      

Wei Hsu

/ Tags: ,