Les trois raisons principales qui empêchent les entreprises chinoises d’avoir une gestion des ressources humaines efficace (Partie 1)

Il est important pour un cabinet de chasseurs de têtes ou de recrutement basé en Chine d’avoir des gestionnaires efficaces dans le domaine des ressources humaines afin de rivaliser avec d’autres multinationales dans le monde. Analysons ici quelques points faibles en matière de gestion des ressources humaines en Chine.

1) Une vision administrative des ressources humaines

On considéré dans le monde occidental que les “ressources humaines” ne sont pas seulement un fournisseur de services pour les entreprises et les grands groupes ;il a évolué pour devenir un agent de changement stratégique et un partenaire d’affaires. Cette vision n’est pas vraiment partagée par la direction chinoise des Ressources humaines. Cela pourrait s’expliquer en partie par le statut des entreprises chinoises qui étaient considérés à l’époque communiste. L’entreprise a été considérée comme une «unité de travail» («danwei» 单位 en langue chinoise): l’entreprise a dû produire en fonction de la planification centrale de l’État.

L’entreprise chinoise perçue comme une micro-société

On peut parler d’une vision administrative des RH à cause de la lutte des pouvoirs au sein de l’entreprise entre l’État qui contrôle l’entreprise et les employés qui voient leur entreprise comme un moyen d’améliorer leur existence et la sécurité alimentaire («le bol de riz en fer») . Initialement, l’objectif de l’entreprise et du service des ressources humaines n’était pas de réaliser des bénéfices mais d’abord de garantir aux travailleurs une sécurité.

Par ailleurs, l’entreprise peut être considérée comme une micro-société qui donne à ses employés les services dont ils ont besoin (écoles, crèches, hôpitaux, magasins, etc.) En échange, les travailleurs ont été contraints à l’obéissance envers les instructions et une intégration dans une organisation fortement hiérarchisée. Avec un tel contexte, la gestion des ressources humaines peut se résumer à un système bureaucratique: l’autorité hiérarchique, la prépondérance de l’état dans les relations professionnelles et la discipline. Ces trois caractéristiques principales se réfèrent ainsi à la simple vision administrative du personnel. Le contrôle de l’ensemble du système était basé sur un contrôle strict des employés qui en échange recevaient des droits.

La grande place des syndicats dans les entreprises chinoises

Les syndicats ont joué un rôle considérable dans cette organisation: ils ont organisé des programmes collectifs en homogénéisant la vie quotidienne des travailleurs et de leurs activités culturelles. Dans certaines entreprises chinoises, le rôle de ce dernier était de s’occuper de la formation et du perfectionnement du personnel. Ce système a donc donné lieu à une faible mobilité professionnelle. La dépendance à la firme était élevée et le marché du travail était encore à sa première phase de développement. Dans un tel contexte, la loyauté des travailleurs, la gestion de carrière et le développement personnel n’était pas un sujet à discuter. Cette vision est toujours appliquée dans certaines entreprises publiques, comme les compagnies d’électricité ou certaines sociétés bancaires (ICBC, ABC, CBS)

La gestion du personnel: le rôle du syndicat

Parmi les principaux services offerts aux employés, on peut remarquer l’accès à l’école pour les enfants des travailleurs de l’entreprise, en prenant en charge leur transport. Néanmoins, cet accès est d’autant plus facilitée que la position professionnelle des parents est élevé. Qui plus est, si les deux parents travaillaient dans l’entreprise, les frais de scolarité de leurs enfants (s) sont payés par l’entreprise.

Ce modèle de gestion peut être appliqué dans certaines coentreprises. Par exemple, Dongfeng Yueda Kia est une firme automobile Sino-coréenne dans laquelle la gestion du personnel est assurée selon un modèle hérité de l’économie planifiée. La gestion des ressources humaines est un secteur tout à fait séparée de la sphère de direction. En ce qui concerne le travail des RH, elle est partagée entre l’entreprise et le syndicat, ce dernier se chargeant de la gestion de la formation du personnel, de la communication entre la direction et ses employés, ou encore des conditions de travail et des droits sociaux.

Vous souhaitez lire les autres raisons de l’inefficacité des RH en Chine ? Jetez un coup d’œil à cet article : « Les trois principales raisons qui empêchent les entreprises chinoises d’avoir une gestion efficace des ressources humaines (Partie 2) ».

Pour plus d’informations concernant le recrutement de travailleurs qualifiés chinois, vous pouvez jeter un œil sur cet article: “Le recrutement en Chine” ou nous contacter par e-mail: weihsu@ins-globalconsulting.com ou sur cette page: www.ins-globalconsulting.fr/contact.

Wei Hsu