L’industrie textile chinoise investit l’Asie du Sud-Est

Une main d’œuvre bon marché attractive

 textile industry ChinaLa Chine est le plus grand exportateur mondial de vêtements car elle possède une chaine industrielle complète ; c’est ce qui constitue son atout majeur. Cependant, il semble que cette situation soit actuellement dans un processus d’évolution. En effet, les faibles coûts de la main-d’œuvre en Asie du Sud-Est commencent à avoir pour effet de délocaliser  la fabrication chinoise de vêtements depuis ces dernières années. Par ailleurs, certaines autres industries liées à la fabrication de vêtements envisagent également d’opérer des transferts vers cette région.  

Une nécessaire réforme du système de production textile chinois

Suite au constat de cette tendance, plusieurs analystes soutiennent aujourd’hui qu’il est urgent pour l’industrie du vêtement et du textile chinois d’opérer une restructuration industrielle et une modernisation de leur système de production, mais également d’augmenter le nombre de produits à valeur ajoutée notamment en créant leurs propres marques de vêtements, et non plus en fabriquant uniquement les commandes de l’Europe ou des États-Unis.      

La production au Cambodge présente 3 avantages importants

De nouvelles entreprises chinoises arrivent presque chaque jour au Cambodge. Aujourd’hui, toutes les usines du parc industriel de la ville de Phnom Penh sont louées, et il n’y a que dans les régions éloignées situées hors des zones urbaines qu’il est encore possible de louer une partie des terres et des usines. Ce qui rend le Cambodge si populaire auprès des entreprises textiles et de vêtements chinoises, est avant toute chose, le montant du salaire mensuel minimum fixé par le gouvernement à seulement 80 Dollars US. Mais aussi, le prix de location des usines au Cambodge représente 1/5e de son prix en Chine. Enfin, il existe pour les produits d’habillement fabriqués au Cambodge une politique préférentielle hors taxes à l’exportation vers l’UE.

 Qui sont ces entreprises qui se délocalisent ?

Fabric Factory in Guangdong ProvinceD’après une déclaration à la presse d’Yuttana Silpsarnvitch, Directeur exécutif de l’Association Thaïlandaise des Fabricants de Vêtements, les exportations de vêtements chinois représentent environ  35% de l’exportation de vêtements mondiale. Elle en est donc à la tête. En revanche, l’ensemble des pays d’Asie du Sud-Est ne représente qu’une proportion d’environ 10% à 12% de l’exportation de vêtements mondiale. Jiang Hui, Directeur de la Chambre de commerce Chinoise d’importation et d’exportation de textiles, a expliqué qu’une partie de ces délocalisations en Asie du Sud est due à des transferts directs de la Chine vers cette région de fabricants de vêtements européenne et américains ; tandis qu’une autre partie vient d’entreprises chinoises ayant reçu des commandes de marques de vêtements européennes et américaines, et qui ont donc loué des locaux en Asie du Sud-Est pour leur production, ou y ont acheté des parts d’entreprises de confection locale.

Selon le Directeur de la société Fil Control, la Chine monte en gamme. Les producteurs textiles s’équipent en machines automatisées et les mains sont remplacées par des machines. Les couts augmentent en Chine et les industriels chinois recherchent des solutions moins couteuses pour rester compétitifs

 Un coup de main d’œuvre qui a doublé en deux ans

Il reste encore de nombreuses choses à faire en Asie du Sud-Est pour optimiser la construction d’usines. En effet, il est très probable que la hausse des coûts de main-d’œuvre, conjuguée à des capacités de production insuffisantes, à une pénurie d’infrastructures, et aux lacunes des systèmes juridiques et fonciers des pays de cette région, deviennent de obstacles majeurs  au développement de ces entreprises délocalisées.   En Malaisie, à Singapour et d’autres pays, les coûts salariaux sont passés de 30 Dollars US par mois à 60 Dollars US en l’espace de 15 ans. Mais au Cambodge, en raison de la concurrence entre entreprises étrangères pour attirer des employés dans une sorte d’enchères artificielles, les coûts salariaux sont passés de 60 Dollars US par mois à 120 Dollars US en l’espace de deux ans seulement. Depuis 2011, cette tendance est observable et l’on assiste à une augmentation assez exceptionnelle des coûts salariaux.

Une faiblesse du secteur des matières premières textiles qui oblige à importer les tissus depuis la Chine.   Malgré tous les atouts qu’il présente, le marché du textile en Asie du Sud-Est est encore difficile, particulièrement pour les entreprises textiles de haut de gamme. En effet,  la qualité de la production des ouvriers cambodgiens est faible, et si arrive que les vêtements produits ne répondent pas aux normes de qualité requises, il faut à nouveau importer les tissus de fabrications depuis la Chine et re-fabriquer. Tout ceci entraine énormément de frais supplémentaires. Ainsi, seules les entreprises qui ont un nombre de  commandes élevées peuvent envisager sérieusement une délocalisation.   Selon le Président de la Fédération Nationale de l’Industrie Textile Thaïlandaise, le Cambodge a insuffisamment développé son secteur des matières premières textiles. C’est pourquoi, de nombreuses entreprises chinoises doivent se contenter, après avoir assuré en Chine la production du tissu, impliquant l’impression et la teinture ; d’apporter au Cambodge uniquement les dernières finitions, telles que la fixation des boutons, par des employés locaux. Au Cambodge par exemple, des marques de vêtements européennes haut de gamme ont augmenté dans chacune de leur commande, le nombre de produits de haut niveau, ce qui a eu pour effet d’entraîner des frais de dédouanement plus élevés pour exporter le tissu importé de Chine.

Quelques pronostiques pour l’avenir

D’ici 3 à 4 ans, l’industrie du vêtement chinois devrait accélérer le développement des technologies de pointe ce qui devrait conduire à une segmentation du marché du vêtement asiatique. La Thaïlande et le Vietnam assureront l’essentiel de la production de vêtements haut de gamme, tandis que le Bangladesh, le Myanmar et le Cambodge produiront principalement des vêtements bas de gamme.    Jiang Hui prévoit pour la Chine une orientation vers une fonctionnalisation des tissus et des styles de vêtements axés sur la mode, dans les prochaines années. Mais pour que cela soit possible, beaucoup, à l’instar de Gu Qingyang, Professeur agrégé à l’Ecole de Politiques Publiques Lee Kuan Yew de l’Université nationale de Singapour,  soutiennent que l’industrie de la fabrication de vêtements de la Chine doit accélérer de toute urgence le développement de ces technologies de pointe, et que cette modernisation doit être adoptée par toute la production asiatique, afin de jeter des fondations solides pour la modernisation d’une chaîne industrielle haut de gamme.

Pour trouver davantage d’information sur le monde des affaires en Chine, lisez aussi l’article suivant : http://www.ins-globalconsulting.fr/blog-chine/ressources-humaines-chine

Sources :

/ Economie, Entreprise en Chine
Market Entry | Recruitment | Business Hosting | InvoicingGET A FREE QUOTATION!
+ +