Réformes financières pour la Zone de libre-échange de Shanghai

Le 23 Octobre, Lu Lei, directeur du Bureau de recherche de la Banque populaire de Chine, a annoncé que la Zone de libre-échange de Shanghai (FTZ) allait lancer une toute nouvelle série de réformes financières, y compris un programme de tests de convertibilité du RMB lié au compte de capital. Cette décision permettra de faciliter les investissements transfrontaliers en actions, des biens et des installations de production. La Chine pourrait également augmenter le quota de change pour ses citoyens dans cette zone. Actuellement, chacun a un quota d’échange de seulement 50 000 $ chaque année.

Shanghai-Free-Trade-Zone
Les changements sur l’économie globale FTZ

Ce programme viserait à faire de la zone franche une zone décisive libérale audacieuse qui tiendra compte de la pleine convertibilité du yuan, montrant la volonté du pays d’accueillir plus librement des flux de capitaux-transfrontaliers.
Cependant, cette annonce n’a pas donné de calendrier précis, ni de délai, affirmant que le processus de libéralisation se ferait avec une approche “étape par étape”.
La Banque populaire de Chine a déclaré que les réformes, y compris le lancement d’un projet pilote permettant aux investisseurs individuels de négocier directement des stocks d’outre-mer, sont à l’étude pour renforcer la transformation de Shanghai en un centre financier mondial.
La banque a déclaré que le lancement du régime de l’investisseur institutionnel national qualifié (QDII2) était examiné et aurait lieu à un « moment approprié », sans donner plus de détails.
La déclaration, publiée conjointement par d’autres autorités de niveau du ministère, telles que le ministère du Commerce, a également mentionné que des investisseurs qualifiés seraient autorisés à négocier des titres et contrats à terme à travers la frontière tout en facilitant les négociations bilatérales de matières premières et les investissements directs afin de soutenir l’économie réelle.

Plus d’évolution pour la zone franche

La Zone de libre-échange de Shanghai a été lancée à la fin de 2013, comme le premier de son genre sur le continent et a été conçu comme un port libre dans le style de celui de Hong Kong. Mais la lenteur des progrès dans la réalisation des réformes à l’intérieur de la zone a maintenu les investisseurs étrangers dans l’hésitation à venir faire des affaires sur place : la dévaluation de la monnaie chinoise, une récente déroute du marché boursier en Chine, etc … ces événements ont soulevé des inquiétudes quant à l’économie mondiale chinoise et les réformes, y compris le QDII2, seraient alors être retardées en conséquence.
Beijing a approuvé trois autres zones franches, à Tianjin, Guangdong et Fujian, au début de cette année, tout en permettant à Shanghai d’étendre sa zone franche par quatre fois, ce qui couvre maintenant plus de 120 km².
“Shanghai reste une métropole internationale prometteuse avec les attentes d’une poursuite de la libéralisation financière», a déclaré Albert Lau, directeur général pour la Chine au conseil immobilier Savills. “Si Shanghai voulait mettre en place des flux de capitaux libres à travers la frontière, des institutions et des capitaux étrangers seront attirés vers la ville pour en faire l’un des plus importants centres financiers du monde.”
Guan Tao, un ancien chef de la balance des paiements au département de l’Administration d’État des Devises étrangères, a déclaré que des plans plus détaillés sont nécessaires.
Lu Zhengwei, économiste en chef de la Banque industrielle, a de-même déclaré que ces mesures illustrent un processus accéléré vers la libéralisation du compte de capital et l’internationalisation du Yuan, compte tenu du fait que la Chine cherche à inclure sa monnaie dans un panier de devises de réserve par le FMI.
Zhu Ying, président des affaires internationales avec la Banque agricole Chinoise de la branche de Shanghai, a déclaré que les réformes financières annoncées par Pékin, inciteront les individus et les institutions à investir et à lever des fonds à travers la frontière.

Liens connexes:

China Briefing

Chinese Growth in FMCG