• de
  • en
  • es
Corée du Sud : Et si c’était là que la voiture autonome était née ?
Share This Post
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

La voiture autonome est au centre de nombreuses avancées technologiques du secteur automobile mondial depuis plusieurs années. Alors que Google, au travers de sa société Waymo, et Tesla investissent des millions de dollars dans le développement de cette technologie, l’idée n’est pas nouvelle…

1/ La Corée du Sud serait-elle passée à côté du véhicule autonome ?

Le véhicule autonome fascine depuis de nombreux siècles… En effet, la toute première version remonte à l’époque de Léonard de Vinci et son chariot autonome ! En 1977, un laboratoire de robotique japonais réussit à faire rouler une voiture autonome sur un circuit fermé. Mais l’histoire du véhicule autonome aurait pu être marquée par le professeur Han Min-Hong qui fit circuler son prototype de voiture autonome sur 300 km d’autoroute en pleine heure de pointe en 1993, et ce, sans conducteur assit derrière le volant. Aujourd’hui perçu comme un génie, le professeur était à l’époque considéré comme un savant fou et sa technologie balayée d’un revers de la main par le gouvernement sud-coréen.

2/ Les constructeurs font la course au véhicule autonome

Le constructeur de véhicules électriques haut de gamme Tesla annonce être très proche du niveau 5 de la conduite autonome et a déjà lancé son pilote automatique à la fin 2015. Cette option est d’ailleurs aujourd’hui disponible sur la plupart de ses véhicules, en option ou avec abonnement mensuel, de l’autre côté de l’atlantique, mais ne correspond qu’à une conduite autonome de niveau 2 à 3. La conduite 100 % autonome représentant un niveau 5, ce n’est pas pour tout de suite. En mars 2021, c’est Honda qui commercialise la toute première voiture au monde dotée de fonctions autonomes de niveau 3, la Legend Hybrid EX, disponible au Japon à 100 exemplaires. Ce type de conduite nécessitant encore fortement l’intervention d’un conducteur, Honda appelle à une grande vigilance. Lors du salon de Munich, Volkswagen annonce la couleur de ses ambitions autonomes avec la présentation de son iconique combi, sous la forme d’un taxi appelé ID Buzz alors que Hyundai devrait lancer son Ioniq 5 Robotaxi, un SUV équipé de capteurs, en 2023 dans plusieurs villes américaines, en partenariat avec la société de VTC américaine LYFT.

3/ NAVYA et ses véhicules de transport sans conducteurs à la conquête de l’Asie

Loin du tumulte créé par les constructeurs de véhicules particuliers, ceux qui semblent le plus à même de révolutionner la conduite autonome sont les véhicules de transports de personnes et de marchandises. La société lyonnaise Navya, en partenariat avec Keolis, testait sa toute première navette autonome dans l’écoquartier de la Confluence à Lyon en 2016, une première mondiale. La start-up développe aujourd’hui ses ambitions en Asie avec la création d’une filiale à Singapour et un site de production en Corée du Sud. Navya pourrait bientôt équiper, entre autres, les aéroports du monde entier avec ses tracteurs industriels autonomes, notamment pour gérer le transport des bagages.

INS Global, le partenaire de votre expansion mondiale

Que vous soyez à la tête d’une start-up, d’une PME ou d’un grand groupe, développer votre entreprise à l’échelle internationale nécessite un minimum de connaissances sur le marché visé, ses pratiques et ses réglementations. Depuis plus de 15 ans, INS Global a accompagné des centaines d’entreprises dans leur expansion mondiale par le biais de différents services RH comme le portage salarial, le recrutement ou encore la facturation. Contactez-nous dès aujourd’hui pour en savoir plus.

Share This Post
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Content