• de
  • en
  • es

Japon : le « wabi-sabi » ou l’art de maîtriser la perfection imparfaite

Share This Post
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Dans un contexte de pandémie mondiale de Covid-19, l’envie des consommateurs de retourner à l’essentiel et de se tourner vers le « vrai » s’est grandement accélérée. Principe de la culture nipponne, le wabi-sabi prône une vie simple et le fait d’assumer une perfection imparfaite…

1/ Qu’est-ce que le wabi-sabi ?

Le wabi-sabi est l’art de la perfection imparfaite. Il s’agit d’une philosophie japonaise inspirée des principes du bouddhisme zen, selon laquelle l’être humain est plus heureux s’il mène une vie simple et qu’il sait accepter et apprécier l’imperfection. Si ce concept est avant tout esthétique, il devient également spirituel. En reconnaissant la beauté des choses imparfaites, on devient plus tolérant, y compris avec soi-même, et donc, plus heureux. Les préceptes sont simples : se défaire du superflu, accepter l’inévitable et l’impermanence, et enfin, ne pas chercher la perfection.

2/ Quand le wabi-sabi s’attaque à la décoration

L’art, le design, la décoration sont des concepts très personnels, c’est pourquoi la notion de perfection est presque inatteignable dans ces domaines. Le wabi-sabi trouve ses origines dans l’artisanat de la culture nippone et s’adapte donc particulièrement au domaine de la décoration d’intérieur. Vous avez déjà certainement entendu parler du Kintsugi. Ce concept découle directement du courant de pensée wabi-sabi. Il s’agit de recoller les morceaux d’un objet cassé, souvent en céramique, en soulignant ses fissures avec de la poudre d’or pour les faire ressortir. En résumé, l’imperfection est ici sublimé et devient le principal atout de l’objet en le rendant unique et donc beau.

3/ L’art de révéler la beauté de l’impermanence dans un monde qui pousse toujours plus à la perfection

Si « wabi » représente l’art de vivre simplement, « sabi » fait référence à la beauté des choses anciennes et de l’impermanence. Depuis des décennies, l’être humain essaie de lutter contre le temps et l’âge. Le secteur des cosmétiques bat son plein, à coups de crème anti-rides. C’est pourquoi le wabi-sabi dans le domaine de la beauté est si rafraîchissant. Si on part du principe que la perfection imparfaite de la culture nipponne nous rend plus heureux, alors nos rides ne sont plus un problème à régler mais plutôt une notion à mettre en valeur, car plus vraie. Ne pas couvrir ses cheveux blancs et arborer une belle crinière grise aiderait donc à être plus heureux…

4/ Nicobo, le robot imparfait qui cartonne

Si la plupart des concepts qui découlent du wabi-sabi s’appliquent à l’esthétique, le monde des affaires y a de plus en plus recours… Le meilleur exemple est ce petit robot nippon présenté par Panasonic début 2021 : Nicobo. En raison des périodes de confinement, le nombre de personnes souffrant de solitude et d’isolement a fortement augmenté. L’arrivée d’un robot de compagnie mignon et attachant sur le marché n’est donc pas étonnante. Mais celui-ci est très spécial. Le petit personnage est caractériel et peut également exprimer sa mauvaise humeur, ne pas vous répondre pendant des heures ou encore péter ! Lorsqu’il est de bonne humeur, il peut apprendre de nouveaux mots. Nicobo suit les comportements d’un enfant en bas âge et colle parfaitement au principe de perfection imparfaite. Un bijou de technologie qui est déjà en rupture de stock…

L’importance de connaître la culture nipponne pour faire des affaires au Japon

Si le Japon est riche en coutumes et en traditions, s’implanter dans un nouveau pays est une démarche qui peut s’avérer compliquée, particulièrement si vous n’avez pas connaissance des pratiques et traditions locales, notamment en matière d’emploi, de recrutement ou encore de facturation. C’est pourquoi, choisir un partenaire expérimenté, déjà implanté au Japon peut vous faire gagner du temps et vous éviter bien des complications. Contactez INS Global dès aujourd’hui pour en savoir plus.

Share This Post
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Content